• Restons en contact

    Facebook de Cairn Communication - Vincent Biard Twitter Cairn Communication Flux RSS de Cairn Communication
  • Abonnez-vous à notre newsletter

  • A propos de l’auteur

    Portrait de Vincent BiardTravaillant pour la Presse et dans la communication depuis vingt ans, Vincent Biard est aujourd’hui journaliste pour la presse territoriale et économique. Il réalise également des prestations liées à l’internet et aux réseaux sociaux, des formations et des missions de conseil en communication. Il rédige aussi des articles sur ce blog, consacré à la presse territoriale, aux médias numériques et au développement économique du Pays basque et du bassin de l’Adour. Continuer la lecture →

Un projet d’avenir pour le fort de Socoa

Publié le 4 décembre 2015

Fort-de-Socoa-PhotoVBiardPropriété de la Communauté d’agglomération Sud Pays Basque depuis 2012, ce lieu emblématique mais inoccupé devrait reprendre vie. Un beau projet de plateforme technologique dédié à la filière nautisme & glisse devrait y être réalisé.

Forteresse océanique où l’on apercevrait presque le fantôme du Comte de Monte-Cristo, panorama époustouflant les jours de gros temps, havre paisible pour les bateaux côté baie, c’est un lieu de balade magnifique.

Le fort de Socoa, base nautique occupée par l’UCPA de 1946 à 2002, était inemployé et dépérissait. Nombreux étaient ceux qui lui imaginaient un nouveau destin (capitainerie, musée, espace commercial, etc.) Classé monument historique et subissant les dégradations inévitables causés par l’Océan, le fort de Socoa ne pouvait pas être transformé n’importe comment.

Racheté par la Communauté d’agglomération Sud Pays Basque en 2012, le fort de Socoa devrait être rénové puis réhabilité pour accueillir une plateforme scientifique, technologique et de formation. Des étudiants, des scientifiques, des professionnels, des entreprises mais aussi du public se partageront les 2 500 m2 de cet édifice ancestral.

Le projet s’inscrit dans la stratégie « Océan Experiences » de l’Agglomération Sud Pays Basque qui vise à développer la filière économique du nautisme, des activités aquatiques et des sports de glisse. L’exploitation du fort dans ce cadre fait désormais l’objet d’une convention de coopération signée par l’Agglomération Sud Pays Basque, l’université de Bordeaux et l’Université du Pays basque le 27 novembre 2015.

C’est un beau projet qui rendra vie à ce lieu emblématique du Pays basque. Les travaux prendront quand même du temps mais l’idée de voir le fort de Socoa ressuscité dans une perspective de développement économique lié à l’Océan est une excellente nouvelle.

A propos du fort de Socoa

C’est Henri IV qui, en 1595, pense à remplacer le petit port équipé d’un quai en bois par un ouvrage militaire destiné à protéger Saint-Jean-de-Luz et la région des invasions espagnoles. C’est sous l’autorité de son successeur, Louis XIII, que les travaux débutent en 1627 viagra notice. Les Espagnols occupèrent le site en 1636 pendant un an, le baptisèrent Fort de Castille, et continuèrent les travaux.

L’ouvrage consiste en une énorme tour circulaire située sur une pointe rocheuse, voire une presqu’île, et un port que l’on a creusé et qui peut accueillir une cinquantaine de navires. En 1681, Vauban fait construire la digue de protection et la route reliant le fort à la terre ferme. A à la fin du XVIIIe siècle, la digue est rallongée afin de protéger la baie des tempêtes mais se dégradera faute d’entretien.

En 1854, Napoléon III décide de rallonger et de renforcer la digue de Socoa (mais aussi les autres digues de la baie) qui atteint 325 mètres en 1876. Le fort fût occupé par les douaniers puis par une garnison de la Marine Nationale au début du XXe siècle. Une batterie y fût installée en 14-18 puis une autre par les l’armée allemande, durant la seconde guerre mondiale, lors de la mise en place du mur de l’Atlantique. Incendié à la Libération, le fort est réaménagé par l’architecte local Pavlovsky.

De 1946 à 2002, le fort de Socoa était le siège d’activités nautique avec une base de l’UCPA.
C’est là qu’on a y a inventé le 420, dériveur mythique symbolisant la démocratisation de la voile. Depuis 1925, la tour du fort est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques. L’ensemble du fort est classé Monument historique depuis 2008.

Ce contenu a été publié dans Le Blog de Vincent Biard. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Retour en haut de page