La fin d’une aventure

19 juillet 2014

Pascal-BernuchonL’usine d’hélicoptères ultra légers de Bayonne ferme ses portes sans avoir vendu un seul appareil. C’est bien dommage car le concept de Pascal Bernuchon était ambitieux et innovant. Les collectivités territoriales qui ont investi de l’argent public dans ce projet ont, malgré tout, eu raison de le faire mais l’aventure industrielle comporte, hélas, des risques.

Quelle surprise en découvrant dans le quotidien Sud Ouest du 17 juillet 2014 que la société Helitechnica de Bayonne était en liquidation judiciaire. Créée par Pascal Bernuchon,  un pilote d’hélicoptère, Helitechnica développait un ambitieux projet de construction et de commercialisation d’hélicoptères ultra légers. L’idée était de démocratiser la pratique de ce type d’aéronef.

Depuis avril 2013, Helitechnica occupait des locaux tout neufs (2 800 m²) sur la zone Technocité de Bayonne. Quatorze personnes y étaient employées et un premier modèle d’hélicoptère vendu 149 500 euros avait récemment obtenu la certification de la Direction générale de l’aviation civile.

Malheureusement, et selon Sud Ouest, « aucun hélicoptère vendu, une ardoise de 2 millions d’euros et des salaires qui n’étaient plus payés ont motivé la décision du tribunal de liquider les deux sociétés impliquées dans cette affaire : BHR Aircraft et Helitechnica. » Je ne connais pas les détails de cette fin d’activité mais je la regrette.

J’avais rencontré Pascal Bernuchon à Izarbel en 2004 lorsqu’il démarrait son projet via son bureau d’études alors baptisé Avsun.  Installé ensuite à Biarritz puis à Bayonne, il avait su convaincre des partenaires financiers de le suivre dans cette aventure. J’avais eu l’occasion de rédiger d’autres articles. Je lui avais également rédigé un dossier de presse. L’homme était ingénieux, ambitieux et courageux. Le challenge de produire des hélicoptères en France rendait l’aventure encore plus belle.

Des collectivités territoriales comme la Région Aquitaine (qui avait voté une aide d’un million d’euros) ou la Communauté d’agglomération Côte Basque – Adour contribuaient à la réalisation du projet. Elles ont eu raison. Il se trouvera des critiques pour dénigrer cette aide publique. Voir des collectivités investir dans du développement industriel innovant -évidement risqué- est pour moi justifié. J’espère que notre région comptera d’autres initiatives d’entrepreneurs de cette trempe.

En photo :
Pascal Bernuchon à Izarbel, en 2006, devant les plans de son mini hélicoptère.